Follow:
Famille, Maternité

Voir les bons côtés de l’accouchement par césarienne

Il arrive souvent, trop souvent, qu’une femme qui accouche par césarienne ne se sente pas vraiment mère. Ou qu’elle ait l’impression d’avoir raté son accouchement. C’est vrai que ce n’est pas forcément facile à vivre, car lors d’une césarienne, bébé est emmené loin du bloc (la salle étant trop froide pour lui) pendant un long moment. Et la maman passe par la case salle de réveil. Pour ma part, j’ai attendu 3 heures avant d’avoir bébé dans mes bras. Donc oui, je peux comprendre qu’on appréhende une césarienne, mais maintenant que je suis passée par là, j’ai envie de vous partager un peu les bons côtés. Histoire de vous faire vous sentir mieux si votre accouchement par césarienne vous est resté au travers de la gorge, ou si vous redoutez de passer par là.

Apprécier l’avancée de la médecine

En général, ce n’est pas par plaisir qu’on passe par la case césarienne. Personnellement, bébé était bien trop gros, j’avais perdu les eaux et il était encore trop haut. En plus, son coeur faiblissait un peu. C’est donc souvent par nécessité qu’on pratique une césarienne. Est-ce que vous vous êtes demandé ce qui se serait passé si la césarienne n’existait pas ? Il est fort probable que la vie de l’un ou de l’autre aurait été mis en danger. En plus, de nos jours, un accouchement sur trois finit en césarienne. Les chirurgiens ont donc tout à fait l’habitude de cette intervention, vous pouvez avoir confiance.

C’est assez rapide

Oui, j’imagine bien que vous auriez essayé de pousser pour être maîtresse de votre accouchement. Mais justement, une naissance, c’est quelque chose qu’on ne maitrise franchement pas. Il y a plein d’imprévus. Là, le bon côté de la césarienne, c’est que vous ne serez pas inconfortable durant de nombreuses heures. Une césarienne s’exécute en environ 10 minutes. Moi, après neuf heures de contractions (qui ne faisaient pas descendre bébé…), j’étais bien contente de savoir que j’allais enfin le rencontrer. Alors oui, on le voit peu de temps, mais après, il est entre de bonnes mains (que ce soit le papa, une amie ou une sage-femme). Et je conçois tout à fait que le peau à peau soit important, mais vous aurez plusieurs mois pour rattraper ça. Et si le papa est présent, il peut aussi le faire en attendant que vous soyez réunis.

On saigne beaucoup moins

Lors d’un accouchement par voie basse, après la naissance vient la délivrance. Il s’agit du moment où le placenta est expulsé de l’utérus. Dans certaines maternités un peu moyenâgeuses, le personnel médical appuie sur le ventre de la mère pour le faire sortir plus rapidement. C’est une pratique qui ne devrait plus être de vigueur car trop douloureux, mais c’est une autre histoire. Mais il parait que ça arrive encore… Par contre, lors de la césarienne, le placenta est retiré en même temps que le bébé. Le personnel médical a donc un contrôle total sur l’extraction, ce qui minimise le risque que le placenta ne s’enlève pas dans son entier. C’est déjà un point.

Mais ensuite, l’un des points positifs de la césarienne, c’est qu’on saigne beaucoup moins et moins longtemps ! Justement, comme c’est les chirurgiens qui s’occupent de retirer le placenta, ils ont l’occasion de bien nettoyer l’utérus, ce qui fait qu’on saigne moins les jours qui suivent l’accouchement. Personnellement, j’ai vraiment aimé ce côté-là du post partum, qui est vraiment pénible lors d’une voie basse.

Il est possible de se remettre rapidement

Quand on accouche par césarienne, oui, on a une cicatrice. Même deux en fait, une à l’intérieur et une autre à l’extérieur. Les premiers jours, c’est douloureux et même encore après, on peut sentir des tiraillements. Mais honnêtement, si bébé décide de sortir par voie basse, il se peut que vous ayez droit à une belle déchirure, ou pire, une épisiotomie (là aussi, le sujet est vaste et il y aurait tant à dire sur les épisiotomies trop souvent pratiquées…).

Ca va être un peu gore, mais tant qu’on y est… Lors de mon accouchement par voie basse en 2010, j’ai eu une déchirure, pas très grande. Mais ça m’a bien plus fait mal que ma césarienne. Et dans la chambre dans laquelle j’étais, ma voisine avait aussi eu une déchirure et elle avait l’air de souffrir bien plus que moi. Au moins, avec une césarienne, on a pas peur d’aller faire pipi, ce qui est clairement le cas quand on a une cicatrice là en bas… Laissez-moi vous dire que ça brûle pas mal ! Une autre astuce pour se remettre facilement de la césarienne : marchez, levez-vous quand vous le pouvez. Buvez beaucoup, comme ça, vous vous lèverez souvent pour aller aux toilettes. Rien que ça, ça change tout. Ne restez pas couchée en permanence, bougez (avec modération tout de même !) Je ferai un deuxième article pour vous donner des astuces utiles lors d’une césarienne, promis !

En conclusion…

Oui, on imagine toutes notre accouchement, notre rencontre avec bébé. Des fois même, on souhaite un accouchement naturel, sans péridurale, dans l’eau. C’est génial d’y arriver, vraiment. Mais dans l’histoire, on a beau se préparer mentalement et parfois même physiquement, au moment venu, tout ne se passera pas comme on l’a prévu. Alors apprécions les progrès de la médecine qui permet de survivre à ces imprévus et écoutons notre corps. Ne vous mettez pas la pression et imaginez ce moment comme la rencontre que vous avez tant attendu. L’important, c’est que vous et bébé soyez en bonne santé, non ?

Le concours (terminé)

Ca vous intéresserait de parler de l’accouchement par césarienne plus en détail avec moi ? Eh bien, ça tombe bien ! Le samedi 21 avril, je serai présente au salon Bébé et Moi, à Palexpo, Genève. A cette occasion, j’ai des invitations à vous faire gagner. Franchement, ça vaut la peine (et pas seulement pour me rencontrer), de nombreuses activités sont proposées pour les parents, les enfants et les bébés ! Pour participer, c’est facile. Il vous suffit de me laisser un commentaire sous cet article en indiquant que vous souhaitez tenter votre chance et que vous alliez aimer ma page Facebook. Le concours se terminera le dimanche 15 avril à minuit et les gagnants seront tirés au sort. Comme j’ai pas mal d’invitations, vous avez de grandes chances de gagner 😉

 

Cet article vous a plu ? Epinglez-le sur Pinterest !

 

 

Qu’est-ce qui vous effraie par rapport à la césarienne ?

 

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Rendez-vous sur Hellocoton !

Blogueuse suisse depuis février 2016. J’aime partager les aspects positifs de ma vie. Que ce soit des maquillages colorés, ma vie de maman ou encore quelques recettes de cuisine. Je suis également la fondatrice du Club Confetti depuis 2017.

Share on
Previous Post Next Post

Vous aimerez aussi

8 Comments

  • Reply lafilledessaisons

    Hello !

    Alors c’est vraiment chouette d’avoir abordé ce sujet, bien souvent tabou !
    Je pense que ton article servira à beaucoup de mamans ❤ Bien joué.

    Une belle journée à toi.

    10 avril 2018 at 13 h 37 min
    • Reply Jade

      Merci, j’espère bien que cet article servira aux mamans 🙂 On en a besoin !

      10 avril 2018 at 18 h 46 min
  • Reply Quendoz

    J’ai moi-même accoucher par césarienne il y’a 7 mois ton article je me reconnaît dedans … j’aimerais gagner les places pour pouvoir en parler en face face 🙂

    13 avril 2018 at 15 h 36 min
    • Reply Jade

      Merci pour la participation ! Et ça me fait plaisir que quelqu’un se reconnait dans ce que je dis, merci !

      16 avril 2018 at 11 h 48 min
  • Reply mamandeteste

    Coucou Jade. Merci pour cet article. Je pense en effet qu’on ne parle pas assez des bons côtés de la césarienne, et que si on en parlait plus cela aiderait beaucoup les futures mamans.
    J’ai eu 2 césariennes. Et je fais partie de celles qui ont très mal vécu leur première césarienne. Je pense que la raison est très simple: on ne m’a jamais expliqué que potentiellement je pourrais accoucher par césarienne. Tout se passait bien, grossesse idéale, la césarienne n’a jamais été abordée. Et je pense que je n’étais pas du tout préparée. Je ne crois pas que j’ai été déçue de ce type d’accouchement, mais j’ai très mal vécu l’après. Être couchée avec une sonde pendant plus de 24h et ne pas pouvoir m’occuper de mon bébé moi-même. Ne pas pouvoir le prendre de son berceau sans aide, ne pas pouvoir le changer moi-même, etc.
    C’est mon deuxième accouchement par césarienne qui m’a réconcilié avec mon premier. ET aujourd’hui j’arrive à reconnaître les bon côtés. Mais cela m’a pris du temps.
    Bravo pour ton article!
    Emilie

    20 avril 2018 at 11 h 55 min
    • Reply Jade

      Merci pour ton témoignage 🙂 C’est sûr que c’est difficile de se sentir démunie, ne pas pouvoir s’occuper de bébé toute seule tout de suite. Moi, maintenant que j’y pense, j’ai quand même l’impression qu’il me manque un truc. Peut-être parce que pour le premier, je l’ai eu tout de suite avec moi. Mais là, il me manque les trois premières heures de sa vie. Et ça me revient de temps en temps.

      Par contre, je suis entièrement d’accord avec toi : on ne nous prépare pas du tout à l’éventualité d’une césarienne. Et en aucun cas on nous explique comment ça va se passer. Et ça, je trouve vraiment dommage !

      20 avril 2018 at 13 h 34 min
  • Reply Ngwe queenta

    Merci pour vos conseils j’en avait vraiment besoin pour me remonter et être plus préparer pour ça. Je suis anciente et déjà a thermes mon bébé est gros et n’es pas encore décendue donc 8chance /10 accouchement par césarienne me l’a dit mon gynécologue. Juste pour me préparer avant ces quelques jours. J’ai besoin de beaucoup d’encouragement et motivation merci!

    17 septembre 2018 at 2 h 58 min
    • Reply Jade

      Tout va bien se passer, vous verrez ! N’hésitez pas à en parler autour de vous aussi. Avec le papa, ou vos proches. Et avec le corps médical aussi, ça peut être bien. Je vous souhaite une bonne rencontre avec bébé 🙂

      17 septembre 2018 at 11 h 31 min

    Leave a Reply